Rapport du GIEC - MooM

LES POINTS CLÉS DU 6E RAPPORT DU GIEC

3 minutes

Notre équipe a résumé pour vous les points clés du 3ème volet du 6ème rapport du GIEC.

Développements récents et tendances actuelles

  • Il y a eu plus d’émissions de GES entre 2010-2019 que sur toutes les autres décennies. Ces émissions correspondent à 17% des émissions anthropiques depuis 1850.
  • Les émissions de GES ont augmenté dans tous les secteurs et sont réparties comme montré ci-contre.
Répartition des GES par secteur - Rapport du GIEC
  • Au moins 18 pays ont maintenu leurs réductions d’émissions de GES pendant plus de 10 ans.
  • 34-45 % des émissions de GES dûes à la consommation sont faites par 10% des ménages.
  • On estime qu’en 2016, grâce aux lois, les émissions de GES ont été inférieures de 10% à ce qu’elles auraient pu être.
Emissions de GES - Rapport du GIEC
  • Pour limiter le réchauffement à 2°C, il ne faut plus construire de nouvelles infrastructures de combustibles fossiles.

Transformation du système pour limiter le réchauffement climatique

  • Pour limiter le réchauffement climatique à +2°C, nous avons 3 ans pour inverser la courbe des émissions de GES mondiales.
  • Les émissions nulles de CO2 à l’échelle mondiale sont atteintes entre 2050 et 2070 dans les trajectoires modélisées qui limitent le réchauffement à 2 °C.
  • Le déploiement du CDR (carbon dioxide removal) pour contrebalancer les émissions résiduelles difficiles à éliminer est inévitable si l’on veut atteindre des émissions nettes de CO2 ou de GES nulles.
  • Agir maintenant coûtera moins cher que de ne rien faire.

Renforcer l’action

Des options d’atténuation sont possibles à déployer à grande échelle et à
court terme
. La faisabilité varie selon les secteurs et les régions, ainsi qu’en
fonction des capacités, de la rapidité et de l’ampleur de la mise en œuvre.

Entre autres :

  • Énergies solaire et éolienne
  • Infrastructure urbaines vertes
  • Efficacité énergétique
  • Gestion durable des forêts
  • Réduction des pertes et du gaspillage alimentaire

De nombreux dispositifs réglementaires et économiques ont déjà été déployés avec succès. Ces derniers peuvent contribuer entre autres à la réalisation des objectifs d’équité. Ils pourraient favoriser de fortes réductions des émissions et stimuler l’innovation s’ils étaient transposés à plus grande échelle et appliqués plus largement.

Il y a assez de flux financiers pour atteindre les objectifs climatiques mais des politiques de coopération internationale seront nécessaires.

Les besoins annuels moyens d’investissement modélisés pour la période 2020-2030 dans les scénarios limitant le réchauffement à 2°C sont supérieurs d’un facteur de trois à six aux niveaux actuels, et les investissements totaux d’atténuation (publics, privés, nationaux et internationaux) devraient augmenter dans tous les secteurs et toutes les régions.

Les processus et les objectifs convenus au niveau international, tels que ceux de la CCNUCC, du protocole de Kyoto et de l’accord de Paris, y compris les exigences de transparence pour les rapports nationaux sur les émissions, les actions et le soutien, et le suivi des progrès vers la réalisation des contributions déterminées au niveau national, renforcent la coopération internationale, les ambitions nationales et l’élaboration des politiques.

Sources :

Working Group III contribution to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change – Mitigation of Climate Change – 04/22

Application MooM - Reagir ensemble
MooM

Télécharge l'application MooM !

MooM c'est aussi une (super) appli pour donner une seconde vie à tes produits !

Je télécharge MooM
Logo MooM

À PROPOS

  • Entreprise à mission
  • La MooM team
  • Entreprises
  • Particuliers
  • Partenaires
  • Presse
  • Annonces
  • Blog

ON SUIT LES RÈGLES

  • Mentions légales
  • Politique de confidentialité
  • CGU
  • CGV
  • FAQ
  • Cookies

NOUS SUIVRE

  • LinkedIn
  • Instagram
  • Facebook
  • Github
  • YouTube